Un partenariat innovant entre SC Johnson et Plastic Bank réduit la pollution plastique, remédie à la pauvreté

SC Johnson et Plastic Bank créent de nouvelles opportunités économiques dans des communautés pauvres et empêchent le plastique de finir dans les cours d’eau.
SC Johnson a ouvert neuf centres de recyclage Plastic Bank en Indonésie et prévoit d’en créer d’autres. Les ramasseurs gagnent un salaire juste pour récupérer le plastique avant qu’il parte dans les cours d’eau.
Le plastique termine dans l’océan et d’autres cours d’eau pour une raison principale : dans de nombreuses communautés dans le monde, il n’existe pas d’infrastructures officielles pour la collecte des déchets, encore moins le recyclage.

Les habitants n’ont aucun moyen de se débarrasser de leurs ordures. Elles sont donc déposées sur les routes, dans les ruelles et dans d’autres zones et sont emportées par la pluie. Dans certains cas, il est même normal que les habitants jettent leurs ordures dans la rivière pour s’en débarrasser.

Chez SC Johnson, nous considérons que nous pourrions aider à faire la différence dans ce domaine. Bien sûr, aucune entreprise seule ne peut se substituer à une infrastructure municipale, mais grâce au partenariat avec Plastic Bank, nous commençons à avoir un impact.
«
SC Johnson est la première entreprise de CPG à lancer un tel programme en Indonésie qui bénéficiera à de nombreuses catégories socioéconomiques, incluant des habitants vivant en dessous du seuil de pauvreté.
David Katz, Fondateur et PDG de Plastic Bank
En octobre 2018, nous avons lancé un partenariat avec Plastic Bank, l’une des principales organisations impliquées dans la réduction de la crise mondiale du plastique océanique. Ensemble, nous avons ouvert neuf centres de recyclage dans des communautés indonésiennes où les niveaux de pollution plastique et de pauvreté sont élevés.

Nous avons choisi de commencer par l’Indonésie, car ce pays possède la plus riche biodiversité marine au monde, mais il est également fortement touché par la pollution plastique qui met en danger cette biodiversité marine. Le gouvernement indonésien s’est engagé à verser jusqu’à un milliard d’USD par an pour réduire les quantités de plastique et d’autres polluants présentes dans ses eaux.
Notre partenaire Plastic Bank contribue à créer une économie circulaire pour le plastique. Des particuliers ramassent le plastique pour éviter qu’il soit rejeté dans les cours d’eau. Ils l’apportent dans un centre de collecte en échange de jetons numériques qu’ils peuvent utiliser pour acheter des biens et des services nécessaires.

Les ramasseurs du programme Plastic Bank utilisent une application basée sur la technologie de la Blockchain qui leur offre un moyen sûr et fiable d’être payés pour le plastique ramassé. C’est essentiellement un compte bancaire numérique, qui, pour certains ramasseurs, est leur tout premier compte bancaire.

Comme ils sont payés en jetons numériques, les ramasseurs peuvent gagner de l’argent et le dépenser sans risque de perte ou de vol. Près de 28 millions d’Indonésiens vivent sous le seuil de pauvreté et pourraient grandement bénéficier d’un programme de cette importance.

Chaque centre peut traiter au moins 100 tonnes métriques de plastique par an tout en étant en mesure de dépasser cette capacité dans l’avenir. De ce fait, chaque centre devrait offrir des opportunités économiques à des centaines de ramasseurs de déchets locaux.

Les ramasseurs de plastique, comme Wayan, collectent le plastique qui serait sinon rejeté dans les cours d’eau locaux. Ils le rapportent au centre Plastic Bank ou à l’unité mobile lorsqu’elle se trouve dans leur quartier.  
Il ramasse du plastique depuis 19 ans, mais la plupart du temps, il n’avait aucun moyen de savoir la quantité ramassée ou la valeur des différents types de plastique.

De plus, la vente du plastique qu’il ramassait n’était pas une activité fiable. Il le rapportait aux intermédiaires de la déchetterie locale et s’il était parfois payé pour son travail, le plastique qu’il avait ramassé n’était pas toujours accepté en échange d’un salaire juste.

Maintenant qu’il travaille avec Plastic Bank, les transactions sont numérisées. Il sait exactement combien il gagne et pourquoi. Il n’a pas à occuper d’autres emplois pour joindre les deux bouts. Et pour la première fois, il a un compte bancaire numérique dans lequel il épargne ses revenus.
Le plastique est évalué et payé au ramasseur au prix du marché déterminé en fonction de son type et de son prix. Les ramasseurs sont payés en jetons numériques qui peuvent être échangés contre des biens et des services comme du combustible pour faire la cuisine et des charges électriques. 
Dans le cadre de ce programme, SC Johnson commence à utiliser du Social Plastic® provenant des centres de recyclage Plastic Bank avec le lancement d’une bouteille Windex® en 100 % Social Plastic® en 2020.

Ce plastique, qui ne ressemble à rien d’existant sur le marché, comprend du plastique « destiné à l’océan » recyclé provenant de Plastic Bank à Haïti, aux Philippines et en Indonésie. Non seulement cela est utile pour l’environnement, mais cela profite également à des personnes qui vivent en dessous du seuil de pauvreté. Chaque bouteille représente une opportunité économique pour
les participants du programme.

Au fil du temps, SC Johnson espère développer son utilisation de Social Plastic® et son partenariat avec Plastic Bank. La Chine, l’Indonésie, les Philippines, le Vietnam et la Thaïlande sont responsables de plus de 55 % des déchets plastiques qui partent dans l’océan. Ces pays comptent également des millions de familles susceptibles de bénéficier des opportunités économiques offertes par un programme comme celui-ci.
En février 2019, le PDG de SC Johnson Fisk Johnson a retrouvé le PDG de Plastic Bank David Katz pour faire une présentation à GreenBiz 2019. Ensemble, ils ont mis en avant notre partenariat en Indonésie et la nécessité que d’autres organisations agissent également.

Comme l’a souligné Fisk, « Je veux maintenir la dynamique qui émerge dans le sillage de la sensibilisation à ce problème, car elle va nous aider à le régler. Avec l’attention qu’attire ce problème dans le monde entier, nous sommes arrivés à un point de basculement. L’entreprise a l’opportunité de prendre part à ce changement et de continuer à attirer l’attention sur ce problème. »
«
SC Johnson est la première entreprise de CPG à lancer un tel programme en Indonésie qui bénéficiera à de nombreuses catégories socioéconomiques, incluant des habitants vivant en dessous du seuil de pauvreté.
David Katz, Fondateur et PDG de Plastic Bank

Rapport sur la durabilitéSC Johnson plaide en faveur de la réutilisation : une réduction importante des déchets plastiques

Rapport sur la durabilitéSC Johnson et la Fondation Ellen MacArthur : Un partenariat mondial innovant

Rapport sur la durabilitéFisk Johnson met en avant la crise mondiale du plastique

Rapport sur la durabilitéIl est temps d’endiguer le raz-de-marée de la pollution plastique : Lettre du Président-directeur général de SC Johnson

Rapport sur la durabilitéSoutenir une économie circulaire avec des matériaux recyclés après consommation

Rapport sur la durabilitéSC Johnson travaille pour trouver des solutions à la crise mondiale du plastique

Article suivant

Article suivant

Article suivant