Comment les partenariats stratégiques aident SC Johnson à lutter plus farouchement contre les maladies transmises par les moustiques dans le monde entier

Les partenariats stratégiques jouent un rôle important pour aider SC Johnson à avoir un plus grand impact dans le monde entier.
« SC Johnson est un acteur majeur de la recherche sur les insectes. Nous nous consacrons à la protection de la santé des populations, notamment contre les maladies transmises par ces insectes. » – Fisk Johnson, Président directeur général de SC Johnson
Rendre le monde meilleur est une tâche énorme. Aussi, lorsque c'est votre objectif, vous reconnaissez rapidement l'importance des partenariats stratégiques pour créer un impact qui va bien au-delà de ce que vous pourriez faire seul. 

Chez SC Johnson, nous avons établi un certain nombre de partenariats clés dans nos efforts pour aider les populations à éviter les piqûres de moustiques et les maladies qui peuvent être transmises par les moustiques. En travaillant avec des partenaires au sein des gouvernements, de l'industrie et des ONG du monde entier, nous visons à avoir un impact significatif, en particulier sur les populations à la base de la pyramide, ou « BOP ». 
Une séance éducative sur la protection contre les moustiques dans les zones rurales du Rwanda. 

Jusqu'à 90 % des Rwandais sont exposés au paludisme. Pour aider à faire face à ce risque et à d'autres problèmes de santé publique, en 2018, SC Johnson a officialisé un partenariat avec le Ministère de la Santé du Rwanda et la Society for Family Health Rwanda.

L’idée de ce partenariat est de réunir des acteurs majeurs du secteur privé, de l’enseignement et de la santé pour construire un système de soins plus fort et plus accessible. Le Dr Diane Gashumba, ministre rwandaise de la Santé, a déclaré que le partenariat « aiderait à améliorer la santé globale de la famille et à relever immédiatement les défis en matière de soins de santé, comme le paludisme, dans tout le pays ».

Nous avons construit 10 postes de santé à travers le Rwanda, offrant ainsi l'accès aux services de santé à plus de 60 000 personnes. Avant cela, on estimait que le Rwandais moyen pouvait devoir marcher jusqu'à trois heures pour se rendre aux services de santé les plus proches.

 
L'un des postes de santé soutenus par SC Johnson au Rwanda. 
En 2019, nous avons annoncé notre intention de soutenir la création de 40 postes de santé supplémentaires, élargissant ainsi l'accès aux soins de santé et à l'éducation sur le paludisme à plus de 200 000 personnes. C'est une étape passionnante, et une fois de plus, une étape que nous ne pourrions pas franchir sans nos partenaires qui gèrent ces postes. 

Manasseh Gihana Wandera, Directeur exécutif de la Society for Family Health Rwanda, déclare que ces postes permettront à son équipe de « toucher les communautés rurales, d'éduquer sur les moyens de prévenir le paludisme et d'adopter une approche holistique pour accéder aux services de santé ».

Dans le cas spécifique du paludisme, ce partenariat prévoit également de définir des normes au niveau national en matière de lutte contre les maladies transmises par les moustiques et en matière d’efficacité des produits anti-nuisibles. Ces normes mettront l'accent sur la distribution et l'utilisation de produits répulsifs personnels et spatiaux contre les moustiques, ainsi que sur l'encouragement des changements de comportements positifs pour réduire le risque potentiel de maladies transmises par les moustiques.
«
En plus d'aider les familles locales, ce partenariat avec le Ministère de la Santé du Rwanda et la Society for Family Health Rwanda fournit des informations et des meilleures pratiques qui appuieront nos efforts pour combattre le paludisme dans d'autres pays du monde.
Fisk Johnson, Président et directeur général de SC Johnson
Lors d'une visite à l'un des postes de santé existants, le Président et directeur général, Fisk Johnson, a déclaré avoir été fortement ému par les histoires qu'il a entendues de la part du personnel et des patients. Tout aussi important, les leçons tirées du partenariat peuvent contribuer à d'autres initiatives futures. 
Nous avons un autre partenaire dans notre lutte pour protéger les personnes contre les maladies transmises par les moustiques  : l'Université de Notre-Dame. Chef de file respecté dans la recherche sur les maladies à transmission vectorielle, l'université s'efforce de démontrer la valeur des répulsifs spatiaux pour la santé publique.

« Le rôle de la répulsion dans la protection des personnes contre les maladies transmises par les arthropodes, comme le paludisme et la dengue, a été reconnu pour la première fois il y a plus de 50 ans », explique Nicole L. Achee, Ph.D., professeure agrégée de recherche à l'Université Notre Dame. 

« Cependant, les produits répulsifs spatiaux n'ont pas encore fait l'objet d'une recommandation complète pour être inclus dans les programmes de santé publique. Notre équipe a maintenant la possibilité et la responsabilité d'offrir ces produits aux populations qui en ont le plus besoin.

En février 2019, l'université a reçu sa plus importante subvention de recherche jamais accordée pour une seule proposition, afin de soutenir cet effort. Cette subvention, accordée par Unitaid, permettra à Notre Dame de diriger la gestion, la supervision et l'administration d'une enquête de cinq ans visant à déterminer l'efficacité d'un produit répulsif spatial dans la prévention des maladies transmises par les moustiques, telles que le paludisme, la dengue et le chikungunya.
HAUT : Notre-Dame, dans l'Indiana, aux États-Unis, mène des recherches pour étudier les répulsifs spatiaux afin de lutter contre les maladies transmises par les moustiques.
BAS : Il existe près de 3 500 espèces de moustiques dans le monde.
SC Johnson est le partenaire industriel de cette initiative. L'entreprise travaille avec cette équipe pour mettre au point la méthode d'administration spatiale du répulsif, faire progresser la recherche sur les maladies transmises par les insectes et tester le produit dans les régions du monde où le paludisme est endémique. 
 
« Les répulsifs spatiaux peuvent nous permettre de prévenir la propagation de maladies dans des endroits où les interventions traditionnelles comme les moustiquaires et les pulvérisations dans les maisons à effet rémanent ne sont pas complètement efficaces », explique Neil Lobo, Professeur agrégé de recherche à l'Université de Notre Dame.

« Nous disposons de données qui montrent que les répulsifs spatiaux sont efficaces contre les populations résistantes aux insecticides, ce qui pourrait limiter la propagation ou l'émergence de la résistance aux insecticides, l'un des nombreux défis auxquels sont confrontés les responsables de la santé publique aujourd'hui. La transmission résiduelle est également une préoccupation mondiale importante, et lorsqu'elle est combinée à d'autres outils, nous nous attendons à ce qu'ils s'avèrent encore plus efficaces. »
«
Les produits répulsifs spatiaux n'ont pas encore fait l'objet d'une recommandation complète pour être inclus dans les programmes de santé publique. Notre équipe a maintenant la possibilité et la responsabilité d'offrir ces produits aux populations qui en ont le plus besoin.
Nicole L. Achee, Ph.D. Professeure agrégée de recherche à l'Université de Notre Dame
SC Johnson travaille avec la fondation Bill & Melinda Gates sur diverses initiatives BOP en raison des perspectives complémentaires que chaque organisation apporte à la table.

Selon l'initiative, nos équipes conjointes comprennent généralement des personnes qui ont une bonne connaissance de diverses disciplines, notamment l'entomologie médicale, la pharmacologie, la prestation des soins de santé publique à l'échelle mondiale, la conception des marchés, la fabrication et l'approvisionnement en produits. 

Surtout, bien que nous apportions tous une solide expertise technique à nos équipes, nous partageons la conviction que les solutions n'auront un impact significatif que si elles sont ancrées dans la vie quotidienne de nos utilisateurs finaux. Nous passons donc du temps ensemble dans les communautés des personnes que nous essayons de servir.
La fondation Bill & Melinda Gates soutient les personnes vivant dans l'extrême pauvreté en leur apportant les ressources dont elles ont besoin pour mener une vie saine et productive. 
Personne ne devrait vivre dans la peur du paludisme. Il existe de nombreuses solutions qui jouent un rôle dans la prévention de sa transmission, notamment les répulsifs, les tests de diagnostic rapide, les moustiquaires et les médicaments. Pourtant, ceux qui vivent dans des régions touchées par le paludisme n'acceptent pas ou n'utilisent pas toujours ces solutions. 

Parfois, elles sont mal utilisées, ou pas utilisées du tout si elles ne correspondent pas aux routines existantes des populations, à leur vie quotidienne et à leurs habitudes actuelles. C'est sur la base de ces informations que nous travaillons avec la fondation Bill & Melinda Gates. Nous adoptons une approche centrée sur l'être humain, en nous immergeant dans la vie de nos utilisateurs finaux pour comprendre véritablement leurs priorités, leur mode de vie et ce qui compte pour eux.

Les équipes passent du temps à dormir avec les familles sous des moustiquaires dans leurs maisons, à taper des arbres avec des travailleurs migrants dans des plantations de caoutchouc ou à voyager avec des sages-femmes pour fournir des soins dans les communautés rurales. 
En passant du temps avec des familles à risque de paludisme, nous pouvons développer des solutions adaptées à leurs besoins et à leur vie quotidienne.
En ancrant notre expertise technique dans la vie quotidienne des personnes exposées au paludisme, ces efforts de partenariat nous aident à mieux cerner leurs besoins et les différentes opportunités. Nous pensons que si nous espérons un jour créer des solutions durables, elles devront être guidées par cette perspective de la vie dans le monde du paludisme. 

SantéSC Johnson to Support Development of 40 New Health Posts in Rural Rwanda

SantéSC Johnson aide les familles rwandaises en leur offrant un meilleur accès aux soins et à la prévention des maladies transmises par les moustiques

ÉducationSciences pratiques : le laboratoire scientifique Mr Muscle favorise l’enseignement des STEM (sciences, technologie, ingénierie et mathématiques) en Afrique du Sud

Responsabilité socialeL'entreprise sociale à la base de la pyramide : une étude de cas de SC Johnson

PhilanthropieSC Johnson aide les enfants à apprendre à nager en finançant un centre aquatique pour la communauté de sa localité.

PhilanthropieLa philanthropie de SC Johnson et SCJ Giving, Inc.

Article suivant

Article suivant

Article suivant