Un dessin du Pavillon SC Johnson de 1964 où a été présenté en grande première le documentaire oscarisé « To Be Alive!»

La décision courageuse de H.F. Johnson, Jr. a transformé une exposition universelle en un témoignage d'optimisme et de progrès

À l'Exposition universelle de 1964, le théâtre Golden Rondelle de SC Johnson et le film To be Alive!  inspirent des millions de personnes. 
Dans une période de bouleversement politique et social, H.F. Johnson, Jr. avait une vision qu'il voulait partager avec le monde entier.
Au cours de sa carrière, le leader de la troisième génération H.F. Johnson, Jr., a privilégié les méthodes créatives pour atteindre les consommateurs et bâtir la réputation de l'entreprise. Plus important encore, il les poursuivait avec une audace hors du commun.
 
Il n'est donc pas surprenant que ce soit H.F. qui a lancé la publicité radio qui a fait de notre entreprise un nom connu dans les années 1930 et 1940. De plus, il a aussi formé une relation durable avec Frank Lloyd Wright qui a produit les trésors architecturaux de notre siège social mondial.
 
Ce fut aussi H.F. qui prit l'initiative de faire participer l'entreprise au monde des arts, de ART: USA, la collection Johnson de peinture américaine contemporaine, à notre film primé aux Oscars To Be Alive! 
«
Mon père était du genre créatif… Et parfois, il avait des idées géniales. Encore mieux, toutefois, il savait reconnaître une bonne idée.
Sam Johnson au sujet de son père, le leader de troisième génération, H.F. Johnson, Jr.
Lorsque l’entreprise a commencé ses plans pour l'Exposition universelle de 1964, on aurait pu s'attendre à une sorte d'exposition traditionnelle dans une salle industrielle. C'est ce que les entreprises faisaient à cette époque. Elles utilisaient l'exposition pour montrer leurs produits.
 
Mais H.F. a eu une idée différente. Il voulait construire un pavillon totalement unique, et y montrer un film totalement unique qui ajouterait de la valeur au monde. 
 
Son fils, Sam Johnson, explique : « Mon père était du genre créatif. Il a reçu une formation de chimiste, mais il était aussi très cultivé et avait une sensibilité culturelle et artistique. Et parfois, il avait des idées géniales. Encore mieux, toutefois, il savait reconnaître une bonne idée. Globalement, il suscitait la créativité chez les autres. »
 
L'Exposition universelle ne fut pas une exception.
Maquette du Pavillon Johnson's Wax à l'Exposition universelle
H.F. a confié à Lippincott & Margulies, l'entreprise qui a créé le symbole « double diamant » de la société, la conception du Pavillon Johnson's Wax pour l'Exposition universelle de 1964.
Bien sûr, le pavillon de SC Johnson's à l’Exposition universelle présenterait de l’information sur l'entreprise et ses produits. Parmi les expositions prévues, il y avait une « vitrine internationale des planchers magnifiques » avec des revêtements de sol et des produits Johnson du monde entier, et une présentation sur la façon dont nous diversifions nos activités dans de nouveaux domaines et en matière d'innovations. 

Une série de machines à cirer les chaussures automatiques invitait les visiteurs à faire polir gratuitement leurs chaussures. Les télétypes à commande par ordinateur répondaient même aux problèmes d’entretien ménager les plus difficiles, avec des solutions et des suggestions de produits.

Mais, bien qu'exceptionnels, ce ne sont pas ces éléments qui rendaient l'exposition de SC Johnson unique. C'est le pavillon lui-même, notre « Golden Rondelle », et le magnifique film qui y était présenté qui ont fait de SC Johnson la coqueluche de l’Exposition.
DESSUS : Les hôtes du Pavillon SC Johnson venaient du monde entier et parlaient plusieurs langues pour accueillir les visiteurs étrangers. 
DESSOUS : La forme unique du Pavillon SC Johnson était un autre symbole architectural novateur de l'entreprise. 
La participation de SC Johnson à l'Exposition universelle montre des produits Johnson's Wax du monde entier
Imaginez le monde dans les années 1960. Les bouleversements politiques et sociaux abondent. Les gens craignent une guerre nucléaire. Un président américain vient d’être assassiné. Le mur de Berlin est dressé en Allemagne. Les problèmes au Vietnam s'intensifient. Et la bataille pour les droits civils fait rage dans toute l'Amérique. 

Dans un tel contexte de pessimisme et de peur, H.F. voulait offrir un film qui décrirait sa vision de paix, de compréhension et de joie de vivre. 

C'était une idée assez peu conventionnelle, et pas un des membres de son équipe de direction ne la comprenait parfaitement. Sam a raconté l'histoire comme ceci : « Mon père voulait le meilleur cinéaste de documentaires, tout comme il avait voulu le meilleur architecte, et son choix s’est arrêté sur Frank Lloyd Wright. Il a trouvé que le cinéaste qu'il cherchait était Francis Thompson. »

« Nous en savions très peu sur ce qu’ils se sont dit. Et nous étions déjà contrariés par l'idée de base de dépenser 5 millions de dollars pour l’Exposition universelle. Tout ce que nous savions sur le film, c'était qu'il serait optimiste et qu'il porterait sur la vie aux États-Unis et à l'étranger. »

Mais lorsque l'équipe a remis en question la décision, selon la légende véhiculée au sein de l'entreprise, H.F. les a simplement regardés et a dit : « Messieurs, certaines décisions ne sont que pour les hommes courageux ». Et il est sorti. 
Près de deux ans se sont écoulés avant que le projet de film ne puisse être montré à l'équipe de direction. La narration et la musique étaient encore en cours de production. Le film avait adopté un format inhabituel, avec trois écrans séparés montrant des images simultanées de la vie dans le monde entier. Cependant, dit Sam, « ce n’était pas possible d’avoir une impression du ton du film. » 

L'équipe de direction était découragée, au point d’hésiter à organiser un événement pour le lancement. Mais H.F. était certain que le film fonctionnerait. 

Ce qui fut le cas. Sam a dit : « Lorsque les médias se sont rassemblés dans le pavillon pour la projection initiale de To Be Alive!, c'était un premier visionnement pour nous tous. Presque tout l’auditoire est resté bouche bée après le visionnement. C'était peut-être la plus belle oeuvre cinématographique de son genre jamais produite. »

Et cela attira encore plus l'attention sur la « petite » entreprise du Midwest américain qui offrait une vision si remarquable du monde.
«
... un film très imaginatif et très joliment fait. Il montre le monde à travers les yeux des enfants, où il n'y a pas de place pour les préjugés ou l'arrogance.
L'ancien président des États-Unis, Dwight Eisenhower, au sujet de To Be Alive!
Lorsque le film de 18 minutes To Be Alive! a été présenté en première à l'Exposition universelle, les critiques aussi bien que le public l'ont salué. L'ancien président des États-Unis, Dwight Eisenhower, l'a qualifié de « film très imaginatif et très bien fait. Il montre le monde à travers les yeux des enfants, où il n'y a pas de place pour les préjugés ou l'arrogance. »
 
Avec son mélange inhabituel d'authenticité, de progrès social et d'optimisme, le film est devenu l'un des événements les plus populaires de l’Exposition. Plus tard, il a remporté l’Oscar du meilleur documentaire (court métrage) pour 1966.Il est toujours montré aujourd'hui dans le cadre de nos visites du siège social de l’entreprise.
 
Tout comme notre partenariat avec Frank Lloyd Wright, l'expédition Carnauba au Brésil et tant de produits si populaires qui ont aidé l'entreprise à se développer, To Be Alive! est un exemple d'une décision courageuse de H.F. 
 
C'était créatif, unique, aventureux et inspirant, tout comme l'homme qui l'a défendu. Certaines décisions sont seulement pour les hommes courageux, et SC Johnson a bénéficié largement du courage de H.F.
 

FilmsNotre documentaire oscarisé « To Be Alive! » a inspiré des millions de personnes à l’Exposition universelle de 1964

EntrepriseSC Johnson est une entreprise familiale

FilmsDe To Be Alive! à Carnaúba : A Son’s Memoir, les films de SC Johnson inspirent et réjouissent

FilmsLe film de Sam Johnson, Carnaúba: A Son’s Memoir, est une célébration de l’aventure et de la famille

ArchitectureLe design architectural surprend chez SC Johnson dans l’ajout primé au campus SC Johnson : Fortaleza Hall

ArchitectureArchitecture SC Johnson

Suivant

Suivant

Suivant